Le cri d’alarme des patrons de boîtes de nuit


12 octobre 2020

Ils étaient une cinquantaine à s’être donné rendez-vous samedi en fin d’après-midi. Responsables de discothèques des Deux-Sèvres, de bars, de restaurants, intermittents du spectacle et professionnels dans l’événementiel se sont retrouvés devant l’American blues à Parthenay, pour montrer leurs difficultés. Les semaines se suivent et se ressemblent et ils attendent toujours. Comme ses camarades professionnels de la nuit, Laurent Frouin, patron de l’American blues, à l’origine de ce rassemblement, attend le feu vert qui est resté désespérément rouge tout l'été, puis cet automne et toujours sans perspective d'amélioration d’ici la fin de l’année. Les professionnels de la nuit se sentent oubliés par le gouvernement. C’est également le cas de Joy et Jessie, les patrons du club libertin Lina tendu de Mazières-en-Gâtine, que nous avons rencontré samedi. Reportage.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article