Le collectif Bassines non merci toujours dans la lutte


23 novembre 2020

Après la grande manifestation du 11 octobre à Epannes, où plus de 2 500 militants (2 000 selon la police), ont répondu à l’appel du collectif Bassines non merci contre le projet de 16 réserves de substitution, avec dans le cortège l’ancien député européen José Bové, le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon et les députés européens EELV Yannick Jadot et Benoît Biteau. Un peu plus d’un mois après ce rendez-vous, les membres de l’association ont souhaité faire un point sur ce dossier lancé il y a maintenant plus de 3 ans. Pour rappel, c’est en février 2017 que l’enquête publique sur (au départ) un projet de 19 réserves d’eau le long du bassin de la Sèvre niortaise, capables de stocker 8,6 millions de mètres cube destinés à l’agriculture, avait été lancé. Et c’est en fin de semaine dernière, que nous sommes allés à la rencontre de trois membres actifs du collectif citoyen, Julien Le Guet, Jean-Jacques Guillet et Christian Moreau. Dans un entretien de 30 minutes, nous revenons sur ce projet qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, et qui a connu de nombreux rebondissements. 

Retrouvez toutes les infos sur le collectif citoyen, sur le site internet bassinesnonmerci.fr

Commentaires(3)

Connectez-vous pour commenter cet article
Laurent du 79, il y a 1 mois
Voici le message que j'ai adressé à Madame Delphine batho : Madame Delphine batho, les sécheresses de plus en plus longues ont des conséquences monstrueuses qui entraînent l’effondrement accéléré des pollinisateurs, des insectes, des oiseaux, impactent l’ensemble du vivant, y compris la santé humaine ! les néonicotinoïdes sont uniquement l'arbre qui cache le désert ... 1.1 millions d'hectares de prairies en Nouvelle Aquitaine avec des haies et des arbres, sans labour et sans pesticide pourtant tous les étés ce sont des cimetières de biodiversité, même les vieux arbres sèchent ... Sortez un peu dans la campagne autour de Melle et vous verrez que tout est sec ! Tous les jours je ramasse un centaine d'abeilles dans mes points d'eau pour les animaux, elles sont tellement soif qu'elles finissent par se noyer ... pas d'eau = pas de vie ! Une sécheresse c'est juste un manque d'eau l'été, un comble quand on a passé l'hiver les pieds dans l'eau sans faire de réserve ... en France ce sont les écologistes qui s'opposent systématiquement à la construction de réserve et qui vont même jusqu'à en faire détruire .... Cherchez l'erreur !
Laurent du 79, il y a 1 mois
Pour bien comprendre le fonctionnement global du cycle de l’eau sur les continents il faut raisonner par bassin versant. Il faut voir le bassin versant comme un château d’eau, ce château d’eau est alimenté par les pluies et les pluies contientales sont provoquées à 70% par l’évapotranspiration. Les rivières sont le drainage naturel du bassin , comme 30% des pluies proviennent de la mer, si on ne veut pas que le bassin se vide les rivières ne doivent pas rejeter plus de 30% des précipitations. Ce système fonctionne bien quand le bassin versant est couvert de foret de feuillus parce que les arbres utilisent 70% des précipitations pour alimenter le cycle (pas rétention dans les sols) et ne laisse repartir à la mer que les 30% d’excès. Actuellement les rivières françaises rejettent plus de 70% des précipitations ce qui provoque des inondations et un assèchement mathématique du bassin et des canicules puisque la végétation n’aura pas suffisamment d’eau pour entretenir le cycle et évacuer la chaleur. Les arbres assurent de façon autonome (et depuis des millions d’années) le bon fonctionnement du cycle de l’eau parce qu’ils assurent une évaporation proportionnelle à la chaleur et donc régule parfaitement le climat. Plus il fait chaud plus la végétation transpire, la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère augmente et limite la puissance du rayonnement solaire qui arrive jusqu’au sol (effet parasol) . Quand la température baisse la quantité de vapeur d’eau diminue (par condensation ) et les sols reçoivent un peu plus d’énergie solaire. Ce système s’autorégule tant qu’il y a de l’eau et donc de la végétation dans les bassins versants. C’est pourquoi les zones tempérées de la planète sont couvertes d’eau ou de végétation. Les forets de feuillus gardent 70% des pluies dans les sols grâce à la profondeur du système racinaire des arbres mais surtout à la forte incorporation de biomasse dans les sols. un arbre a globalement le même volume de bois au dessus du sol qu’en dessous, ce système racinaire (comme les branches) se renouvelle en permanence, la biomasse créée dans les sols par les racines mortes fait office « d’éponge » qui servira à alimenter l’arbre. C’est un système parfaitement autonome ou les sols s’enrichissent fortement même si on exploite le bois en surface
Laurent du 79, il y a 1 mois
80% des stations d'épuration françaises ne sont pas aux normes (rejets en rivières au lieu d'un recyclage de l'eau dans les sols), ce qui contribuent à une pollution massive du réseau hydrologique, des bassins ostréicoles et de la mer, mais surtout à une perte d'eau équivalente aux prélèvements agricoles l'été dans les nappes phréatiques, autrement dit si les stations étaient aux normes avec des bassins de rétention on diviserait par deux les prélèvements l'été. On peut résumer toutes les lois sur l'eau à quelques mots : "aucun rejet en rivière" , ou uniquement de l'eau propre, ce qui serait une aberration dans une région qui manque de plus en plus d'eau l'été et qui inonde l'hiver ! http://pasdeclimatsanseau.unblog.fr/2020/09/01/riviere-ou-vide-ordures/ sur cette vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=Q2Sp93-rom4&t=152s à la minute 12 Mr henri SABAROT ( conseiller régional en charge de la gestion de l’eau) explique que les stations d'épurations ont besoin d'eau pour diluer les rejets ce qui est pourtant totalement illégal ... mais couvert par les services de l'état et le président de région ...